>> Les fêtes que nous aimons célébrer

 

 

Les fêtes que nous aimons célébrer

2 février - fête de la Présentation du Seigneur

Quand furent accomplis les jours pour leur purification, selon la loi de Moïse, ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon qu’il est écrit dans la Loi du Seigneur : Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur. Ils devaient offrir en sacrifice, selon ce qui est dit dans la Loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux jeunes colombes.

Or à Jérusalem il y avait un homme du nom de Syméon, un homme juste et pieux qui attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint reposait sur lui. Et il avait été averti par le Saint Esprit qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint donc au Temple, poussé par l’Esprit, et quand les parents apportèrent le petit enfant Jésus pour accomplir les prescriptions de la Loi à son égard, il le reçut dans ses bras. Il bénit Dieu et dit :

« Maintenant, Maître, tu peux laisser ton serviteur aller en paix selon ta parole ; mes yeux ont vu ton salut que tu as préparé à la face de tous les peuples, lumière pour éclairer les nations païennes et gloire de ton peuple Israël. » Le père et sa mère étaient dans l’étonnement de ce qu’on disait de l’enfant. Syméon les bénit et dit à sa mère : « Vois, cet enfant doit amener la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël ; il doit être un signe de contradiction ; quant à toi, un glaive transpercera ton cœur, afin que soient révélées les pensées intimes des coeurs. »

Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanouel, de la tribu d’Aser. Elle était avancée en âge. Après avoir, depuis sa virginité, vécu sept ans avec son mari, elle était restée veuve. Arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans, elle ne quittait pas le Temple, servant Dieu jour et nuit, dans le jeûne et dans la prière. Venant à cette heure, elle louait Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem (Luc 1, 22-37).

JPEG - 29.8 ko
Entrée de Jésus au Temple de Jérusalem – Giotto

 

 

En ce jour, l’Église Catholique et les Églises protestantes commémorent la première entrée de Jésus au Temple de Jérusalem, telle que nous la rapporte l’Évangile de Luc. Dans la tradition occidentale, l’accent est mis sur cet aspect de la fête : Jésus, le Fils incarné, venant accomplir parfaitement la volonté du Père, est amené au Temple pour être soumis aux rites communs à tout le peuple de Dieu.

 

 

Cependant, dans la liturgie latine, un autre aspect est fortement souligné : Ce tout-petit porté dans les bras de sa mère n’en vient pas moins en tant que Christ et Seigneur, promis par les prophètes, comme le proclame l’invitatoire de la fête et les antiennes des psaumes, ainsi que les lectures de la messe.

 

 

JPEG - 18.1 ko
Les lumières de la chandeleur

 

 

La Chandeleur, le nom populaire donné à la fête, nous renseigne sur le rite attaché à la célébration, la bénédiction des cierges : Jésus est, comme le proclame Syméon, « lumière des nations et gloire d’Israël ».

JPEG - 21.4 ko
Rencontre

 

 

Nos frères Orientaux soulignent un autre aspect de la fête qu’ils appellent « La Rencontre », ou « La Sainte Rencontre » : C’est Jésus, le Verbe Incarné du Père qui vient à la rencontre de l’humanité, de ceux qui attendent fidèlement la réalisation de la promesse de Dieu, et dont Syméon et Anne sont les représentants.

 

 

Une fois de plus, nos deux perceptions de la même réalité divine sont complémentaires. Comme le soulignait jadis Jean Paul II, l’Église ne peut respirer bien qu’avec ses deux poumons !

Les dates :

  • L’Église orthodoxe (byzantine) célèbre elle aussi la fête le 2 février, mais selon le calendrier julien, ce qui donne cette année la date de notre 15 février.
  • Pour les Coptes, ce sera le 7 Amshir, ce qui correspond aussi à la même date du 15,
  • pour les Éthiopiens, le 8 yakkatit (ou yekkatit), aussi en février et finalement
  • pour les Arméniens, le jour qui tombe notre 14 février.

Rappelons enfin que depuis plusieurs années, l’Église catholique a fait de ce jour le jour de célébration de la vie consacrée.

 

 

Haut

 


 Français   English   Contact   Design  © 2005–2021