>> Les fêtes que nous aimons célébrer

 

 

Les fêtes que nous aimons célébrer

25 mars – Solennité de l’Annonciation du Seigneur

GIF - 35 ko
Ange – icône copte de l’Annonciation
GIF - 26.6 ko
Marie - icône copte de l’Annonciation

 

 

Me voici, Seigneur, pour accomplir ta volonté,

 

tel est le refrain du psaume de la messe ; et il poursuit :

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens.

« Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

J’annonce la justice

dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon coeur,
je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j’ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

 

 

Et au verset de l’acclamation de l’Évangile, nous trouvons ces paroles du Prologue de l’évangile de Jean :

Le Verbe s’est fait chair,il a habité parmi nous
et nous avons vu sa gloire.
Venez, adorons-le.

 

 

GIF - 71.9 ko
Basilique de Nazareth – grotte de l’Annonciation
 

 

D’emblée nous nous trouvons ainsi au cœur du Mystère sans doute le plus grand et le plus incompréhensible parmi tous le mystères de la foi chrétienne : L’Incarnation du Fils.

Le plus grand, car il contient tous les autres :

  • La conception du Fils Unique de l’Esprit Saint… et nous voici au cœur de la Trinité.
  • Sa naissance de la Vierge Marie, la Comblée de Grâce selon la salutation que lui adresse l’ange Gabriel.
  • Sa vie terrestre d’homme-Dieu, sa Passion et sa Résurrection - le mystère de notre Rédemption, car, comme le dit Saint Paul, « si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine ».
  • L’envoi de l’Esprit Saint au jour de la Pentecôte, pour faire d’un petit groupe de disciples apeurés le noyau initial d’un peuple de témoins.
  • Le mystère de l’Église enfin, à la fois sainte et immaculée - et composée d’hommes pécheurs qui peuvent défigurer son visage… tout comme est à la fois saint et pécheur le peuple dont, comme nous le rappelle encore Paul, «  le Christ est issu selon la chair ».

Finalement tout cela peut se résumer dans un unique Mystère, celui de l’amour infini de notre Dieu qui,

 

Pour racheter l’esclave, livre le Fils,

 

comme nous le chanterons dans la nuit de Pâques…

Mais comme Dieu ne veut pas agir sans nous inviter à collaborer à son plan d’amour, nous célébrons aussi le fait que la destinée de l’humanité s’est jouée en ce jour où une jeune fille apparemment tout ordinaire de Nazareth a répondu à l’ange Gabriel : « Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole. »

 

 

GIF - 27.2 ko
Ici, le Verbe s’est fait chair – inscription sur l’autel à Nazareth

 

 

Pour en savoir plus :

L’Annonciation dans l’Église catholique

L’Annonciation dans l’Église orthodoxe

 

 

Haut

 


 Français   English   Contact   Design  © 2005–2021